Réunion DGSCGC : Situation des PATS en CTA-CODIS, une réunion pour RIEN !

CTA

 

Le 28 février 2013, les organisations syndicales, dont la FA/SPP-PATS, étaient appelées à siéger lors d’une réunion à la DGSCGC sous la direction du sous-directeur VENNIN et dont l’ordre du jour portait sur deux dossiers :
– La problématique des salles opérationnelles (CTA-CODIS) ;
– L’étude des nouveaux référentiels formations faisant suite à la réforme désastreuse de notre filière SPP (dossier qui n’a pas été abordé faute de temps, reporté à une date ultérieure).
La délégation Autonome était composée du Président de la FA/SPP-PATS, André GORETTI et du Vice-président SPP, Jacky CARIOU et de son expert PATS en CTA-CODIS-112, Lionel CARRIERE.

C’est sur « fond de crise financière et baisse des dotations de l’Etat aux collectivités », dixit le sous-directeur, que le dossier des CTA/CODIS a été abordé.

En préambule, le sous-directeur a présenté le dossier faisant la synthèse de l’étude sur les salles CTA/CODIS réalisée auprès des SDIS. Il devait sans doute s’agir de la « synthèse de la synthèse de la synthèse » tant les données statistiques sont pauvres. Cette étude censée exposer et mettre en lumière les axes de réflexion pour l’avenir des CTA/CODIS aura, une fois de plus, permis aux Autonomes d’exiger que les personnels PATS exerçant ces activités, sans autre forme de légalité, mais qui ont montré un savoir-faire, d’accéder à la filière SPP par la voie de l’intégration. Faute d’une volonté avouée par la DGSCGC de créer un nouveau statut.

A ce rythme délibérément lent, les PATS opérateurs des salles opérationnelles ne sont pas prêt de voir le début d’une solution !! D’autant que « les élus crispés à cette idée », selon les propos du sous-directeur, ne la souhaitent pas !
En attendant, voici quelques notes qui démontrent que cette étude menée par la DGSCGC ne peut être considérée comme sérieuse :
91 départements (96 ayant répondu) ont un CTA unique, les deux tiers ayant des activités communes (CTA et CODIS).

Les personnels exerçant dans ces salles se répartiraient de la façon suivante :
– 2658 seraient des SPP
– 873 des PATS dont 579 seraient également SPV. Les PATS exerçant en salle opérationnelle seraient issus des filières suivantes :
491 de la filière administrative, 377 de la filière technique, 5 d’une autre filière, 944 sont des SPV

L’ancienneté dans la fonction, en moyenne, seraient de 4,98 ans pour les SPP et de 6,3 ans pour les PATS.

Les personnels handicapés et reconnus comme tel ou assimilés (SPP) seraient au nombre de 13 PATS et 162 SPP.

Le nombre de gardes par filière s’établirait comme suit :
– SPP : 7798 gardes de 12 heures et 3178 gardes de 24 heures ;
– PATS : 6678 gardes de 12 heures ;
– SPV : 2027 gardes de 12 heures.
Les PATS ne consacreraient que 1851h de formation par an dont 1398h seraient uniquement dédiées à leur activité de CTA-CODIS-112 !!

Nous avons choisi de publier les données fournies pour démontrer que la DGSCGC se moque des PATS, des sapeurs-pompiers et donc des organisations syndicales qui les représentent ! Ainsi nous apprenons que 2658 SPP exercent dans lesdites salles et que globalement ils effectuent 7798 gardes de 12 heures et 3178 gardes de 24 heures.
Le ratio nous démontre bien que les données ne peuvent être correctes ! De quoi jeter le discrédit sur cette « étude ». Le parallèle peut être fait concernant la durée globale des formations…
Ou nous avons à faire à de l’incompétence, ou la DGSCGC n’a aucun pouvoir sur les SDIS qui délivre des données inexactes, ou volontairement ce Service du Ministère de l’Intérieur joue la montre !

Quoiqu’il en soit, seule la lutte des personnels concernés avec la FA/SPP-PATS sera de nature à booster ce dossier.

Retrouver le communiqué autonome en cliquant ici.

Publié dans A la une, PATS
Responsive Theme Fièrement propulsé par WordPress